Conflits larvés chez Ankama, la pépite ch’timi du jeu vidéo

Les studios d'Ankama, créés par Anthony Roux, à Roubaix, en décembre 2019. Il s’agit d’une ancienne usine textile (l’usine Vanoutryve).
Les studios d’Ankama, créés par Anthony Roux, à Roubaix, en décembre 2019. Il s’agit d’une ancienne usine textile (l’usine Vanoutryve). LUCIE PASTUREAU POUR « LE MONDE »

On la surnomme « la pépite nordiste du jeu vidéo ». Ankama est une des stars de la « Silicon Valley des Flandres », la pépinière numérique de Roubaix (Nord).

Ce symbole de la reconversion – partielle – d’un territoire emploie 234 équivalents temps plein (ETP), a reçu la visite d’Emmanuel Macron en novembre 2017 et revendique 700 000 joueurs uniques mensuels pour Dofus, son jeu vidéo en ligne créé en 2007, pratiqué jusqu’au Brésil.

La série animée Wakfu, cofinancée par France 3, est, elle, diffusée dans plus de cent pays et Radiant, une bande dessinée pour adolescents, est l’un des premiers mangas français à s’être imposé au Japon. « Cette année je pense qu’on va faire 28 millions à 30 millions [d’euros] de bénéfices, notre meilleure année », se félicite Anthony Roux, alias Tot (pour Toto, diminutif d’Anthony), son patron, cofondateur et directeur artistique d’Ankama.

Règlement de comptes en public

Mais derrière les longs murs de briques du boulevard d’Armentières, la réalité est plus complexe. En octobre 2019, les tensions entre Anthony Roux et les équipes de Dofus, explosent au grand jour.

A l’occasion de l’annonce du passage de Dofus en 3D, le dirigeant évoque publiquement sur son blog « des années de luttes internes », « des embuscades, des alliances, des trahisons, des escroqueries » et se félicite d’être revenu à la tête du projet. Il égratigne au passage les équipes de game design de Dofus, dont il estime qu’elles ont mis le jeu « dans la merde ».

Ces propos ne passent pas. Choqués, plusieurs anciens salariés interviennent sur Twitter pour dénoncer un billet « inadmissible », consistant, selon eux, à « cracher sur ses employés en public », alors qu’eux tairaient leurs frustrations. Des gens qui « ont la haine » ou encore qui « sont malveillants », réplique Anthony Roux.

Plusieurs développeurs estiment avoir beaucoup donné pour entretenir « la vache à lait », « Dofus »

Contactés par Le Monde, une vingtaine de personnes – actuels ou anciens employés –, apporte des témoignages de la même teneur. Plusieurs développeurs estiment avoir beaucoup donné pour entretenir « la vache à lait » – Dofus représente entre 60 % et 70 % du chiffre d’affaires d’Ankama – qui, selon l’un d’eux, « finance les délires » d’Anthony Roux, en l’occurrence de coûteux projets du côté de l’animation, qui ont parfois connu un échec commercial retentissant, comme le film Dofus.